Aller au contenu principal

Le Tour 2018 plaît à Guillaume Martin

Le Tour 2018 plaît à Guillaume Martin

Le tracé du Tour de France 2018 a été dévoilé ce mardi au Palais des Congrès de Paris. L'an prochain, les coureurs s'élanceront de l'île de Noirmoutiers en Vendée avant de remonter vers les pavés du Nord, à Roubaix, durant la 1e semaine. Après un transfert durant la 1e journée de repos, la bataille dans les Alpes débutera dès le début de la 2e semaine, qui se conclura par une journée de repos à Carcassonne. La dernière semaine sera émaillée par les Pyrénées, et un contre-la-montre final pimenté à Espelette avant de remonter vers la capitale pour la traditionnelle arrivée finale sur les Champs Elysées. Notre promesse française Guillaume Martin et notre directeur sportif Hilaire Van der Schueren commentent le parcours de la 105e édition du Tour.

Guillaume Martin :

"Il y en a pour tous les goûts ! Pour une équipe belge avec des flahutes comme nous, la 1e semaine peut être attractive. Je pense notamment à l'étape des pavés qui, si nous sommes invités, peut convenir à pas mal de coureurs de l'équipe. Pour ma part, il s'agira plutôt de m'en sortir sans encombre. Il y aura de l'adrénaline, il ne faudra pas avoir peur de frotter mais cela rend la course intéressante. Et si je perds du temps, il restera 2 semaines pour viser les victoires d'étape ou d'autres choses.

Ensuite, pour les coureurs de mon profil, il y aura de quoi faire avec des étapes et des montées inédites, mais aussi une journée avec plus de 5000 mètres de dénivelé. C'est extrême dans le plat la première semaine avec des profils de classiques, mais ce sera également extrême en montagne. Il faudra travailler pour être capable de briller tant sur les étapes courtes que les étapes longues. Je devrai m'entraîner à être directement réactif, ce qui n'est actuellement pas mon point fort.

J'ai un attachement particulier pour l'étape de La Rosière car elle est similaire à celle que j'avais remportée chez les jeunes au Tour de l'Avenir. J'ai aussi le souvenir du col des Glières, qui se termine par un chemin non asphalté et que j'avais déjà gravi au Tour des Pays de Savoie. Plusieurs étapes peuvent me plaire particulièrement !"

Hilaire Van der Schueren (directeur sportif) :

"Le parcours sera spectaculaire, du moins dans la 1e semaine. Et ensuite, ce sera très usant. Je pense que nous avons un rôle à jouer pour rendre la course encore plus spectaculaire que ce qu'elle n'a l'air. Et nous avons aussi quelques coureurs qui peuvent jouer un rôle dans la dernière semaine.

Durant la première semaine, tu ne pourras pas gagner le Tour, mais bien le perdre. C'est valable pour nous aussi, avec Martin qui pourrait perdre du temps. Il faudra aussi se préparer intensément pour le chrono par équipes, qui pourrait également nous convenir. Les étapes courtes seront compliquées pour rentrer dans les délais, mais c'est ça le Tour ! Il faudra bien se préparer, être en condition et avec l'envie de rallier Paris ça se passera bien.

Je suis en tout cas confiant pour pouvoir retourner au Tour de France. Nous avons fait ce que nous devions durant l'année écoulée. Nous remportons à nouveau l'UCI Europe Tour, donc je pense qu'il est compliqué pour ASO de passer à côté de nous."