Aller au contenu principal

Baugnies et Vanspeybrouck prolongent leur contrat

Baugnies et Vanspeybrouck prolongent leur contrat

Les Belges Pieter Vanspeybrouck et Jérôme Baugnies ont prolongé leur contrat en faveur de Wanty-Groupe Gobert. Baugnies s’est engagé jusqu’à la fin 2019, Vanspeybrouck pour une saison de plus, jusque fin 2020.

Baugnies, 31 ans, entamera sa sixième campagne chez Wanty-Groupe Gobert. Lourdement tombé à l’automne 2017 sur le GP de Wallonie, le Flandrien de l’Est a travaillé pour revenir à son meilleur niveau. Outre deux kermesses (Ninove et Melle), il a remporté l’IWT Oetingen (UCI 1.2) et le GP de la Ville de Zottegem (UCI 1.1).

Vanspeybrouck, 31 ans, avait rejoint notre formation en 2017. Brillant sur les routes du Tour de France 2017 (top 10 d’étape), il a connu pas mal d’ennuis et de chutes en 2018. Le Flandrien de l’Ouest est cependant parvenu à s’illustrer sur les Tours de Norvège et d’Allemagne.

Jérôme Baugnies :

« J’espère égaler ma saison 2018 l’an prochain. Normalement, j’atteins mon meilleur niveau en mai. Alors, j’essaie de m’illustrer et de concrétiser. Mais cette année, j’étais déjà en forme à Liège-Bastogne-Liège. Les Flandriennes ? Les coureurs qui évoluent le plus en forme méritent leur place. Moi, on verra. »

« Je viens de reprendre l’entrainement sur route, car je suis passé sur le billard il y a deux semaines pour enlever les plaques posées après ma chute du GP de Wallonie 2017. Maintenant, tout est derrière moi. L’opération s’est bien passée, et je peux à nouveau rouler à vélo. J’ai repris un peu plus tard que l’an dernier, mais ça ne devrait pas poser de problème. Je dois simplement continuer à aller chez le kiné jusqu’à la fin de l’année, raison pour laquelle je ne partirai pas en stage à l’étranger, sauf s’il neige. »

Pieter Vanspeybrouck :

« La saison dernière fut émaillée de hauts et de bas. Au printemps, j’ai commencé fort mais plusieurs chutes ont perturbé ma progression. A Francfort, puis en Norvège, je retrouvais mes meilleures sensations puis j’ai brisé ma clavicule sur la quatrième étape du Tour de Norvège. A l’automne, ça allait mieux, notamment au Tour d’Allemagne. »

« J’ai l’impression que je n’ai pas étalé tout mon potentiel chez Wanty-Groupe Gobert. A chaque fois que j’arrivais en forme, j’ai eu de la malchance. Je veux montrer mes capacités l’an prochain. J’espère être prêt dès les classiques printanières, en particulier sur Gand-Wevelgem, une épreuve qui me plait et me convient. »